Return to site

"CICATRISER" LE CANCER

· Cancer,Relax,Alimentation

Depuis des décennies, les tumeurs sont reconnues comme des "plaies qui ne guérissent pas" (ref)

Comme l'explique Rybinski dans un article publié dans la revue Physiological Genomics : tissus blessés, tissu blessé chroniquement (ou fibrose chronique) et tissu "cancéreux" possèdent de nombreux points communs :

"Outre les points communs que les tumeurs et les tissus blessés partagent, le processus de cicatrisation des plaies présente également des caractéristiques similaires à la fibrose chronique. (...) nous suggérons une étroite interrelation, qui est régie par une combinaison de réactions cellulaires et microenvironnementales entre la cicatrisation des plaies, la fibrose chronique et le développement et l'évolution du cancer . Il est clair que les mêmes types de cellules, ainsi que les éléments solubles et matriciels qui stimulent la cicatrisation (y compris la régénération) des plaies par des voies de signalisation distinctes, alimentent également la fibrose chronique et la progression tumorale."

D'emblée on peut se dire "si le cancer est une plaie qui ne guérit pas, pourquoi ne pas le traiter comme tel ?

D'autre part lors de la prise en charge du cancer la cause de la "blessure" est rarement recherchée et traitée.

On attaque, on agresse, on fait la guerre à un tissu qui est part definition la conséquence d'une agression.

Il n'est donc pas étonnant qu'en l'absence du traitement de la cause et en ajoutant une dose d'agression à un tissu qui l'est déja, les résultats dans le traitement du cancer ne soient pas à la hauteur de nos attentes. (Cela ne veut pas dire que les traitements agressifs soient inutiles).

Ces agresseurs tissulaires peuvent êtres multiples et variés : pollution chimique, electromagnétique et émotionnelle (hypothèse expliquée ici mais qui n'est pas validée scientifiquement), comme par exemple la colère/peur accumulée et réprimée depuis l'enfance (cf cet article).

En témoigne l'étude de Stanford qui montre un doublement (au minimum) de la survie chez les femmes ayant un cancer du sein qui suivent un programme d'expression de la colère (ref). Ou encore le témoignage de Mylène del Balzo sur la guérison du cancer du col de l'uterus. Dans les deux cas la cause de la blessure tissulaire (colère) est libéré et la "plaie" peut définitivement cicatriser.

Voici un exercice pour libérer la colère, et la peur.

Il n'est pas étonnant non plus que les principales substances naturelles cicatrisantes, comme la vitamine C, la curcumine, le gingembre, le moringa, la bromélaïne, "cicatrisent" le cancer (effet "anticancer").

Le cancer est une plaie que l'on peut cicatriser à condition de traiter la ou les causes.

Dr Julien Drouin

Psychothérapeute

Consultations : www.eftmarseille.com

Avertissement : les articles, vidéos sont publiés à titre purement informatif et ne peuvent être considérés comme des conseils médicaux personnalisés. Il est fortement recommandé au lecteur de consulter son médecin. Aucune des informations ou produits mentionnés ne sont destinées à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly