Return to site

vers une nouvelle VISION DES CELLULES CANCEREUSES ?

· Cancer

Avertissement : les articles sont publiés à titre purement informatif et ne peuvent être considérés comme des conseils médicaux personnalisés. Il est fortement recommandé au lecteur de consulter son médecin pour toute question relative à sa santé. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinées à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Bonjour,

Une étude publiée cette semaine dans la revue Cell reports a attiré mon attention :

Dans cette étude les auteurs expliquent l'origine des cellules « cancéreuses (1):

« le cancer détourne le mécanisme naturel qui produit des cellules saines (ou différenciées) ». Exemple : dans un environnement "normal" les cellules souches (qui peuvent donner naissance à tout type de cellules) produisent des cellules qui se transforment (ou se différencient) sous l'influence de facteurs de transcription en cellules de peau. Les facteurs de transcription dépendent, et sont contrôlés par, l'environnement. Première information l'environnement, le milieu dans lequel « baignent les cellules », dicte le destin, la forme et la fonction des cellules.

Ce mécanisme est "détourné" vers un processus de réparation des plaies lorsque la peau est « attaquée » . Par exemple par de l'acide : l'acide versé sur la peau va entrainer la formation d'une plaie et un processus de réparation de la plaie sera enclenché. Les cellules souches vont donner naissance à des cellules qui sous l'influence de facteurs de transcription (et donc de l'environnement ici toxique) vont alimenter un tissu de réparation ou cicatriciel. Ce "détournement" est dirigé par la encore par des facteurs (de transcription). Ce détournement est transitoire. Il s'arrête lorsque l'environnement redevient sain, lorsque l'acide ne s'agresse plus la peau.

Dans cette étude les chercheurs montrent qu'il se passe la même chose dans le cancer, les jeunes cellules sont détournées et alimentent un processus de réparation des plaies non transitoire. Il dure (beaucoup) plus longtemps, tant que l'environnement est toxique. Les stresseurs environnementaux contrôlent les facteurs de transcription qui oriente le destin des cellules vers la création d'un tissu de « réparation des plaies non transitoire ».

-Agression tissulaire non transitoire > tissu de réparation des plaies non transitoire ("cancer")

Si ce n'est pas clair, voici un schéma (fait à la volée) : il y a 3 destins cellulaires possibles, ils dépendent tous de la qualité de l'environnement. E étant l'environnement. E1 = environnement sain, E2 = environnement toxique transitoire, E 3= environnement toxique non transitoire (cancer).

Le terme "détournement" est mal choisi. Lorsque l'on verse de l'acide sur la peau, il est "normal" que le tissu réponde, et qu'une réponse de réparation des plaies apparaisse. C'est le fait de verser de l'acide qui n'est pas normal. AInsi face à une agression le tissu répond de manière adaptée et intelligente. Il ne fait pas une erreur. Le cancer n'est plus vu comme une erreur mais comme une réponse tissulaire "normale" dans un environnement toxique, pathologique.

Les cellules « cancéreuses » un tissu de réparation non transitoire ? Oups...Cela semble simple et pas si incontrôlable que cela (ce qui n'enlève en rien la nécessité d'une prise en charge médicale et psychologique très sérieuse).

Vous serez surement intéressé de savoir que, chez la souris, ce « processus de réparation non transitoire » des plaies est stoppé par le fait d'enrichir l'environnement (2). L'environnement sain éteint le processus. Logique. Ainsi des récepteurs hormonaux situés dans le noyau des cellules « cancéreuses » ont été activés par l'amélioration de l'environnement, les mêmes récepteurs qui sont activés dans le processus de réparation des plaies dites « banales ». Comment les chercheurs ont ils enrichis l'environnement des souris ? : détente, toucher, donner de l'attention, sortir de l'isolement social etc.....

D'autres chercheurs ont publié un article intitulé : « Enrichir l'environnement : un remède contre le cancer ? Tout est dans le tête » (3). Démontrant encore une fois l'origine et l'importance de la qualité de l'environnement cellulaire. (PS : à mon avis tout est dans le coeur = émotions)

-Enrichir l'environnement stoppe le mécanisme de réparation non transitoire des plaies ( ou "cancer")

Bien sur tout cela reste à « prouver » chez l'homme. Mais que risque-t'on à enrichir son environnement ?

Même si l'on ne peut pas l'affirmer scientifiquement (la relation de causalité n'ayant pas été apportée), les émotions réprimées accumulée depuis l'enfance pourraient être une sorte d'acide que l'on déverse de manière non transitoire dans notre corps, sans se rendre compte de leur pouvoir (pour aller plus loin sur ce sujet lisez mon article Emotions et cancer, quel rapport ?)

-Enrichir son environnement c'est libérer nos émotions réprimées depuis l'enfance comme la colère, la haine, et surtout la peur.

En conclusion j'invite à « changer notre vision des cellules cancéreuses » et à les voir comme les cellules d'un processus de réparation des plaies non transitoire. Ce qui permet de comprendre que chacun de nous a du pouvoir et peut préserver, enrichir son environnement, et avoir un impact (majeur) sur le "cancer".

Julien Drouin

Références :

1-http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0092867417303719

2- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2211124717304813

3- https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20846952

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly